Performances artistiques NDL

Présentation des performances artistiques L'Extravagante Nuit Fitzgerald

Retour sur les performances réalisées durant L'Extravagante Nuit Fitzgerald.
Présentation en quelques mots et images par le collectif SKENN....

UN CONTEXTE HISTORIQUE  : TERRA NULLIUS


Nos mémoires restent attachées à cette iconographie de festivité, d’invention artistique, des strass et des paillettes, d’ambiance exaltée des années 1920.

POURTANT, en contrepoint de ce qui se déroulait dans quelques endroits réservés aux nantis, aux élites et artistes en vogue, de multiples tragédies à l’échelle de continents entiers avaient lieu.

  • En 1885, la conférence de Berlin avait partagé l’Afrique et autorisé du même coup une colonisation massive.
    L’Europe désignait une grande partie de l’Afrique comme « terra nullius » : une terre qui n’appartient à personne et qui n’attendait alors qu’à être saisie.

    Dans les capitales occidentales, on dansait le charleston, on découvrait le jazz émergeant, à Paris quelques privilégiés en mal de catharsis, s’amusaient et se trémoussaient et allaient voir la magnifique Joséphine Baker, objet de tous les désirs, réveillant les libidos subjuguées par sa puissance érotique et exotique, affriolante et distrayante.

    Pendant ce temps, l’Afrique était à feu et à sang : l’éradication humaine, historique et culturelle avait lieu.

  • Les Etats-Unis voyaient renaître avec une vitalité ostentatoire, le Ku Klux Klan, défilant dans les rues, lynchant et pendant pour affirmer la suprématie de la race blanche…

  • Et dans l’Europe tout entière, les fascismes apparaissaient.


                                                                                                          ------------------

C’est en plongeant dans cet autre côté du miroir que le Collectif SKENN a travaillé, convoquant une autre image d’un réel résolument occulté :

« Seuils (the Strange Fruits)

La première performance « Seuils (the Strange Fruits) » cherche à proposer au public des vestiges désastreux d’une Afrique dévastée, que la présence emblématique d’un rhinocéros sans chair et sans corps représentait en trophée sinistre et incongru, véhicule étrange de « strange fruits » (titre emprunté au poème d’Abel Meeropol et chanté par Billie Holiday) qu’accompagnait un cortège silencieux et distant.

            

« Les Invisibles (les silencieux) »

La seconde performance « les Invisibles (les silencieux) » s’ouvre par un amoncellement de corps pendant qu’une des performeuses (Anaëlle Bages) déclame « Automne malade » d’Apollinaire, victime de la grippe espagnole qui aura décimé des millions d’individus dans les années vingt.

Les masques et les costumes sont les moyens physiques, plastiques de convoquer tous les invisibles et tous les silencieux. Ceux dont la vie ne vaut rien, ceux que personne n’entend, n’écoute et qui sont irrémédiablement voués à l’oubli. Par millions.
Les Invisibles et les Silencieux doivent rappeler au monde ce réel douloureux, insoutenable et inacceptable.

Loin de l’érotisme joyeux (qui contenait un racisme discret mais efficacement méprisant) de la merveilleuse Joséphine Baker, loin de la trompette de Louis Armstrong (fameux « Satchmo », désigné du coup en monstre – Satchmo étant la contraction de satchel-mouth, la « bouche sacoche », incroyable figure désignée comme grotesque…), les années « folles », folles de tout oublier, occultaient un réel incendié- et comment oublier Zelda, brûler par sa folie et brûlée dans sa chair, littéralement.

Elles occultaient un pandémonium terrifiant, des limbes incandescentes où se retrouvaient les âmes égarées de ceux devenus invisibles.


------------------
Le Collectif SKENN, dans ses scenarios, son travail plastique et ses performances, s’est inspiré de ce tumulte ténébreux et brûlant.

------------------

                           
On conservera précieusement l’image de notre faune improbable, interprété par Manon Constant, en rappel d’une vitalité profonde, animale et salvatrice.


                                                                                            Janvier 2020,

                                          Rosario Mineo pour le Collectif SKENN.

      (Photographies réalisées par Cécile Phulpin)

Publié le 27 janvier 2020