Rencontre avec Phil Deken

Croisements Artistiques Rencontre avec Phil Deken

Le lectorat et le groupe d'études lusophones présentent deux conférences autour des "Croisements artistiques".
Venez échangez à ce sujet avec Phil Deken, le 14 novembre à la BU Tréfilerie !

Jeudi 14 novembre 2019 :

9h30 : Littérature et photo : mariage heureux ?

13h30 : Patrimoine et photographie : de la pertinence de viser à côté de la cible

[Atrium BU Tréfilerie - Ouvert à tout public]

QUI EST Phil Deken (Philippe Desquesnes) ?


Travaille à plusieurs séries qui se développent dans le temps et dans plusieurs pays :
Berlin vue à travers son reflet dans l’eau, l’interaction des visiteurs et des oeuvres à la Saatchi Gallery de Londres, mais les travaux pleinement aboutis et dont il est question ici sont d’inspiration 100% italienne. Depuis la découverte du cinéma d’Ettore Scola dans son enfance, Phil Deken est en effet un amoureux des plus belles expressions de la culture italienne. Un an sans passer une semaine à photographier Rome serait pour lui comme un mois sans voir un bon vieux film italien ou sans déboucher un grand vin toscan ou piémontais : tout simplement inconcevable !

Bien plus qu’un livre de photographie dédié à la beauté d’une ville, URBS Fragmenta Romana est avant tout un mariage des genres et des cultures qui concrétise à la fois la passion pour Rome de son auteur et sa façon de présenter son projet artistique : lanceur de mots et attrapeur d’images. 115 photographies, toutes verticales puisque c’est le format dans lequel Phil Deken a perçu « l’Urbs Aeterna » dès sa première visite, associées à de courts textes souvent poétiques et amusés, ont fait le succès de l'ouvrage.
Lancé pour Noël 2014, le livre a été exposé et diffusé à Rome et dans toutel’Europe francophone. Au fil du temps et des partenaires rencontrés, dont l’ambassade d’Italie et la représentation de la Commission européenne au Luxembourg, puis l’ambassade du Grand-Duché en Italie et l’Academia Belgica, et enfin les Hôpitaux Robert Schuman - désireux de faire venir l’art là où il peut faire du bien au corps en plus de l’esprit, le projet a pris ainsi une dimension humaine bien supérieure à la simple édition d’un livre et a traversé les frontières.

Selon les mots de Maria Luisa Caldognetto, la traductrice commune des deux artistes, « Les paroles et les images qui se parlent et se répondent dans les pages de ce livre sont d’abord le fruit d’une rencontre heureuse. Inattendue et surprenante, peut-être, lorsqu’il s’agit de mettre en regard la poésie d’Elio Pecora et la photographie de Phil Deken, deux personnalités artistiques venant d’horizons divers, de générations et de cultures différentes, mais capables de se mesurer – avec des sensibilités qui s’avèrent complémentaires et fécondes – aux mêmes questionnements et énigmes, espoirs et désespoirs, qui interpellent depuis toujours la condition humaine ». Pour le poète Jean Portante, L'attente téméraire est : « Un livre dans lequel on donne à peu près le même poids ou la même présence physique au texte et à la photo, c’est un créneau somme toute assez rare. Ici ça fonctionne peut-être parce que chaque univers, le photographique comme le littéraire, est assez fort pour exister par lui-même... »