Shakespeare aujourd'hui

Shakespeare aujourd’hui : 2B ? NTB ? = ???

Le 12 décembre débutera le Mois Shakespeare à la BU Tréfilerie, un mois riche en événements culturels. Nous vous en reparlerons très bientôt. Pour vous faire patienter, nous vous proposons de (re)découvrir la fameuse langue de Shakespeare.

La langue anglaise est aujourd’hui encore désignée comme la langue de Shakespeare...Shakespeare est pourtant un auteur du 16ème siècle, à la syntaxe parfois complexe et au registre soutenu pour le lectorat actuel. Cette étiquette ne serait-elle pas surannée ? Curieusement...non, car, contrairement à Molière en France, cet auteur reste très populaire, fréquemment adapté au cinéma (cf. notre actualité sur le sujet) et énormément joué au 21ème siècle. Pourquoi ? Nous vous proposons quelques pistes d’explications.

Si cet auteur n'évoque qu'une vague scène de balcon entre un certain Roméo et une pseudo Juliette, il est temps de vous faire une juste idée de  cet auteur et de ses œuvres (directement en ligne) :

Shakespeare est un auteur qui n’a jamais cessé de faire couler l’encre des lecteurs et des universitaires, et ce, pour plusieurs raisons : sa vie (mal connue), son identité (s’agit-il d’un faux-nom, d’une femme, de plusieurs auteurs ?), ses textes (nombreux et foisonnants) et surtout son style littéraire, unique en son genre.

« Il serait passionnant de tracer la courbe de la réputation de Shakespeare, car aucune œuvre, la Bible mise à part, n'a suscité autant de commentaires, sollicité autant de chercheurs, donné lieu à autant de controverses. Mais le consensus sur la grandeur et la profondeur de l'œuvre est universel. Depuis le Folio qui a révélé cette œuvre au monde, sa gloire n'a cessé de grandir, si bien établie qu'elle fût déjà auprès de ses propres contemporains. »*

Dans la rubrique « La langue et les images » de l’article qu’il lui consacre dans l’Universalis, Henri Fluchère* écrit :

« Cette langue, d'abord, est d'une richesse inouïe. Seul Victor Hugo chez nous pourrait rivaliser avec cette opulence. Shakespeare drague près de quinze mille mots dans ses filets. Il les puise dans tous les domaines linguistiques : fonds commun hérité de la prose latine et du parler populaire, dialectes ruraux et provinciaux, jargon des métiers, de l'art militaire, de la navigation, de la jurisprudence, des théologiens, préciosités des courtisans et des poètes, truculences de la pègre, vocabulaire des sciences exactes ou inexactes de son temps, astronomie, médecine, alchimie, botanique, que sais-je ? locutions étrangères – il y a même une scène entière en français ! »

Cette richesse de la langue est sans doute la cause de sa longévité. Plusieurs expressions sont même restées vivaces dans le langage courant britannique :

  • "It's all Greek to me" (Jules César)
  • "Pound of flesh" (Le marchand de Venise)
  • "Salad days" (Antoine et Cléopatre)
  • "All's well that ends well" (Tout est bien qui finit bien)

Certains verbes sont encore employés :

  • Intpinse : Impossible to untangle
  • Egal : Equal
  • Shrift : To admit
  • Quake : To shake, tremble

Ainsi que des expressions idiomatiques, directement tirées des tragédies et des comédies historiques de l’auteur :

  • Break the ice (La Mégère apprivoisée)
  • Wear my heart upon my sleeve (Othello)
  • Set my teeth on edge (Henry IV)
  • There's method in my madness (Hamlet)
  • Dead as a doornail (Henry IV)
  • The world is my oyster (Henry IV)

Et ce foisonnement des images est autant un éternel défi de traducteur (cf. Comment tuer Shakespeare de Normand Chaurette [SCHOLARVOX] et Shakespeare and Language de Jonathan Hope) qu’une source intarissable d’inspiration dans la pop culture (rappelons-nous la célèbre citation d’Hamlet en langage SMS : 2b? Nt2b? ???), comme on peut le découvrir sur Superscholar.org ou dans Le grand Shakespeare illustré de Caroline Guillot (BD).

Nombreux furent les auteurs et artistes à rendre hommage à Shakespeare. Deux ouvrages sortis des collections de la BU Tréfilerie vous en donneront un petit aperçu :

Dictionnaire amoureux de Shakespeare de François Laroque

Lettres à Shakespeare de Dominique Goy-Blanquet [SCHOLARVOX]

Son l’œuvre continue d’être jouée, (ré)interprétée et adaptée dans de multiples registres à travers le monde : Hamlet au théâtre noh ou Le marchand de Venise transposé dans le théâtre taïwanais...en sont quelques exemples insolites parmi d’autres, à découvrir en ligne.

Si vous souhaitez poursuivre votre voyage en terres shakespeariennes, nous vous invitons à découvrir la playlist musicale de la BBC et la bibliographie  de l'ENS de Lyon publiées à l'occasion du 400ème anniversaire de la mort d'auteur, ainsi que plusieurs ressources en open access :

Back to the roots:Shakespeare and Popular Culture in the 20th and 21st centuries de Livia Segurado Nunes [OpenEdition]

Et si vous êtes friands de citations, sachez  qu’un grand nombre de phrases shakespeariennes sont entrées dans la postérité. A méditer et savourer sans modération !